Samedi 2 avril 6 02 /04 /Avr 10:20

 

http://imagenoire.i.m.pic.centerblog.net/ea1f83b5.jpg

Quand le verbe cueillir est frère de semer

Quand le verbe espérer est proche de s’aimer

 

Rien ne se prend, qui ne se donne .

Rien ne se donne, qui ne s'accueille...

 

Personne n’a rien à offrir si ce n’est que lui-même

Mais on récolte toujours ce que l’on s’aime


 

 

----

A offrir nous n'avons que des gestes et des mots ...
Des bouts de peau et du langage...
Un souffle et des regards...

Et parfois dans ce que nous offrons,

Il y a des mots qui disent si bien le doute, que l'on a envie d'y croire.

Il y a des hésitations qui disent si bien le vide, que l'on accepte d'y chuter.
Des mots qui deviennent tout à la fois :


Nos rêves et nos défaites,
Nos silences et nos chants,
Nos souffles et nos tempêtes,
Nos ombres sous le vent.

 

http://news.jukebo.fr/files/2011/03/photo-hd-note-de-musique-en-feux.jpg

Des mots pareils à des cintres,

 Qui soutiennent la mémoire des cœurs ,


Telle une apparition ou bien une évidence

Comme le temps qui suit la beauté d'un silence

 Rien n'existe et pourtant,
Tout est là ...

 Mes yeux tâtent le pouls de la page...

J’aime à sonder ses silences et les multiples interprétations que je prête à ses maux.

Je n’en garderai qu’une,

Celle qui me chuchotera l’évidence,

Celle qui me murmurera que même sous les tristesses, les vies dansent.

Celle qui frôlera le geste dans l’intention de dire l’après,

de conter  la suite, de décrire  la chute vertigineuse dans l’encore de l’autre

C’est toujours émouvant de lire et de savoir

Ceux qui s'aiment déjà, bien avant de se voir

Je me fonds dans un des corps :

Le sien.

Son univers, son décors, son antre,

au ventre du mot

Et je prends le parti d’en vivre et d’en rêver :

 J’y accroche dessus ces lumineux dimanches,

Ceux qui disaient si bien, ceux qui parlaient d'absence

Ceux dont la tendre ardeur, l'exquise déférence

Dessinaient des printemps    sur une robe blanche


http://imagenoire.i.m.pic.centerblog.net/f3b34484.gif


Rien n'existe...
pas même l'immobile d'un temps que l'on défroisse pour rattraper celui perdu.

Rien n'existe...
Et pourtant partout où ce Rien se pose, un albatros s'envole, flotte et prolonge l'instant,

Dans un opéra de mouvement sans autre attente que l'à venir... 

Un albatros un goéland ou un petit prince qui sait .. 

Telle une apparition ou bien une évidence,

Comme le temps qui suit la beauté d'un silence

D’un souffle retenu, juste le temps d'oser

   Qui  lui dira, je sais, murmurer un baiser

 

Rien n'existe et pourtant...
Tout est là ...

http://imagenoire.i.m.pic.centerblog.net/5296d1af.jpg

 

  

 

--


Le souvenir c’est ça,

Une opulence pour l’après

Longtemps après l'amour les chagrins ou les joies l'Histoire se raconte encore ...
Elle vibre en nous et nous ordonne de rester vivant.

  Elle pourvoit à garder intacts ces instants mobiles ...

 

Fugaces clichés, instantanés de vie, à graver dans le marbre,

 L’âme chagrine, peine, aime…

Mais, surtout, elle vit ...

Elle se souvient et nous rappelle de ne pas oublier..

Se souvenir c'est aimer et aimer c'est fuir l’oubli.. 

 

Les regrets fugaces s'envolent,

mêlant et emmêlant peines et joies pour se fondre dans un doux souvenir.

Oublier c'est franchir la porte de la mort,

La toute première mort, avant la vraie, avant la définitive ...
Vivre et se souvenir c'est emprunter les images au passé pour démystifier l'avenir,

c'est marcher sur ce fil en équilibre mais ne pas sombrer dans l'oubli,

 dans la mort...
Le rêve soupire  et le cœur bat  de ce qui fut et reste impérissable ...

Alors tout recommence ... 

http://xyso.files.wordpress.com/2009/08/silence_iii_by_foart.jpg

N’être au monde que pour naître et rena ître à nouveau

 

Recommencer c'est simplement continuer à la lumière de ce qui a été . 

Se souvenir c'est dire au revoir mais pas Adieu...

C’est vouloir ne jamais dire Adieu ...

 

C’est se jouer du bégaiement du temps pour raviver la flamme jusqu'à la dernière étincelle.

Alors oui

Se souvenir c’est ça…

Une opulence pour l’après...


Dans quel âge antérieur fûmes-nous toi et moi,

Fidèles à nos mémoires qui ont su oublier

Et qui laissent briller tout ce qui ne fut pas,

Pour doucement rêver ce qui n'a pas été ...


 


 couverture Martine2

Par Au grenier de la lune - Publié dans : Prose Poétique
Ecrire un commentaire - Voir les 58 commentaires
Dimanche 20 mars 7 20 /03 /Mars 00:00

 

http://www.articadeau.com/blog/wp-content/uploads/2009/11/Pub_dB-Copie-1024x852.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"un mouchoir qui tombe peut être pour le poète le levier avec lequel il soulèvera un univers" Guillaume Apollinaire

 

 

 

 

  ----

  http://bonjour.metal-style.fr/img/metalstyles/17-851ed.jpg

 

En passant devant vous feignant de ne rien voir,

j'ai fait tomber mes mots comme on fait d'un mouchoir...

 http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTWHvOPcD2ig67gFuIpV5laNWQv_GXK3ASPPORNfF3SfsqJmFIE

 

Vous rapprochant de moi, cherchant prétexte à plaire,

Vous m'avez dit, tenez , ces phrases sont à vous,

Je vous ai répondu , mais non Monsieur j'avoue,

Je vous aime, c'est vrai, mais sans en avoir l'air .

http://manmonster.m.a.pic.centerblog.net/499a5b53.gif


 

 

 

Alors j'ai fait tomber mes mots, comme on fait d'un mouchoir,   

En passant devant vous, feignant de ne rien voir...    

    

 

http://www.future.fr/telecharger/ressources/fonds/media/reel/art/noir-et-blanc/070704142400_97.jpg

 

 

 

                                                                                                                       Martine


 

 

Par Au grenier de la lune - Publié dans : poésie
Ecrire un commentaire - Voir les 22 commentaires
Mardi 15 mars 2 15 /03 /Mars 16:21

A ce jour la participation des éditions "Solis" au Salon du Livre de Paris est annulée

La  principale raison étant un litige entre la maison d'édition et les organisateurs concernant les conditions et prestations préalablement négociées.

Litige, qui bien évidemment aurait pu trouver une issue  heureuse,  puisque, et pour peu que chacun y mette du sien, tout problème à sa solution.

Hélas c'est sans compter sur un facteur celui-là incontournable  et  hélas non négociable

qui est  le facteur temps.

A trois jours de l'évènement nous ne pouvions nous permettre de rester attentistes, et d'apprendre à la dernière minute qu'un accord avait enfin été trouvé entre  les deux parties en cause.


Un salon se préparant bien à l'avance, et plutôt que de tomber dans une improvisation

frisant l' amateurisme, notre éditeur, par crainte de donner une image peu professionnelle de la maison qu'il représente, a donc jugé plus prudent d'annuler sa participation pour cette année.

Jeff, l'annonce sur son site , et je reprends l'information ici.


Bon d'un autre coté il faut relativiser il n'y a pas mort d'homme et cela reste un évènement parmi tant d'autres à venir, 

De mon coté mes amis, mes proches ont tous été prévenus de cette défection, donc là encore relativisons ...


Oui ...Mais non

Non car il y a ici des gens que je désirais plus que tout au monde connaitre, rencontrer  découvrir et apprendre et ces gens là, même s'ils ne font pas partie de mes proches,    me sont proches.

  et là en revanche, je ne parviens pas encore à relativiser.


Non, parce que je suis désolée de ne pouvoir rencontrer tout ceux qui avaient eu la gentillesse de m'écrire ( par mail ou sur le blog ) qu'ils attendaient avec impatience le salon pour que nous puissions "enfin" nous connaitre mieux.


Oui...Mais non

Non, car au-delà du salon, de la promo, des communiqués de presse, et j'en passe...

Ce qui importait le plus à mes yeux c'était le coté "humain" d'une telle opération.


Alors, Oui, mais ...Non,

Car je me faisais une joie de vous ouvrir enfin grand  la porte du grenier, trop longtemps restée virtuelle, en vous offrant enfin un visage et une présence, bien réelle celle-là.

Alors oui il faut relativiser, mais non je ne suis pas encore prête à le faire.


Je ne vais pas m'excuser, car ce manquement n'est pas de mon fait , que je le déplore  et qu'au-delà de ça je me sens privée de vous tous.

 

Je ne vais donc pas m'excuser, mais simplement vous demander Pardon, pour  cette annonce tardive qui m'oblige à ne pas tenir cet engagement que j'avais  pris avec certains(es) d'entre-vous, celui de nous offrir, l'espace d'un instant, un moment de pur partage, sans ce fichu écran entre vous et moi.

Alors non je ne m'excuse pas, 

je vous demande simplement Pardon....

Martine.

 

couverture Martine2

Par Au grenier de la lune
Ecrire un commentaire - Voir les 16 commentaires
Jeudi 10 mars 4 10 /03 /Mars 11:51

resizer...

 

 

 

 

 

 

Je me suis toujours refusée à diffuser sur la toile, la moindre photo de moi ...
Pourquoi l'avoir toujours obstinément refusé alors que, tout autour, partout, et sans que cela n'ait l'air de gêner quiconque, tout le monde le fait.


Je ne l'ai pas fait parce que je crois que cela me gênait  de savoir, que derrière l'écran quelqu'un pouvait me "voir" 


  Je ne l'ai pas fait parce que j'ai toujours ressenti le  besoin de poser un rideau opaque, entre vous, mon imaginaire et moi.


Peut-être parce que, si  je me sens un peu moins nue,

je me sens aussi, sous cet anonymat confortable,  un peu plus libre de dire. 


  Peut-être tout simplement je ne l'a pas fait  par timidité ou par simple pudeur...


Peut-être aussi , parce que je déteste être prise en photo,

Et en disant cela, je demande pardon aux nombreux(ses) photographes,

qui, pour mon plus grand bonheur,  arpentent mes allées et  qui,

avec leur immense talent savent si bien immortaliser ces fugaces instants de nos vies.

 Oui, Pardon  de tant aimer vos photos,  

en détestant à ce point les miennes. 


Pourquoi alors aujourd'hui, suis-je venue vers vous presqu'à visage découvert ?  

Si j'ai cru bon de le faire c'est pour pouvoir mieux vous parler de ...Lui .

 

Lui, s'appelle 

"Tant de choses à vous dire..."  

Lui, c'est tout ce que je voudrai vous murmurer en confidence

Lui, c'est aussi tout ce que je voudrai vous raconter, le soir, au coin du feu...

En fait, Lui, c'est un peu de tout sur tout...


*Lui, c'est un regard sur le monde,

Un regard tour à tour, tendre, complice, nostalgique,

parfois drôle ou gentiment  ironique, 

Lui, c'est un peu  mes tripes, mon coeur, mon regard

 En fait, Lui, c'est un peu de mon humanité à moi..

 

Pour mieux vous le présentercouverture-Martine2-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici ce qui est noté en quatrième de couverture : 


     Que l’auteure: ait Tant de choses à nous dire, c’est un euphémisme,en fait elle nous dit tout.

Et quelles choses ! 

Le lecteur en a un bel échantillonnage dans cet ouvrage.Martine Bianco nous entraîne vers les réflexions les plus philosophiques,puis, soudainement, nous oblige à porter des regards acérés vers les absurdités de l’humanité et du monde qui nous entoure.

  Fables animalières (dans le plus pur style de Jean de La Fontaine) stigmatisant les travers des hommes ;

Caricatures cocasses de personnages ridicules (vous, moi, nous…)ou de situations ubuesques ;

Coups de griffes sur la société et ses comédiens ;

Beaux textes poétiques pour conclure en apothéose ce recueil ;

L’auteure est capable de toutes les acrobaties littéraires.

Plus qu’un livre, c’est un vade-mecum pour comprendre le monde, la civilisation, tout en se gaussant de ses acteurs.

---------Voilà...---------

 

Je voudrai aussi  profiter de cet article pour remercier ceux, qui,

de près ou de loin, ont souhaité m'apporter leur aide.

Une aide faite de tendresses, de pudeurs, d'attentes et de patiences

 

Une aide pétrie de   toute la force et la richesse que nous apporte  l'amitié

cette amitié gratuite, qui ne demande et n'attend rien pour s'offrir...

 

Merci à  Berth l'eunuque pour cette magnifique couverture, je crois, au fond, qu'elle vous ressemble un peu:

  Derrière ces yeux, un visage à peine dévoilé, c'est un peu comme catte douce pudeur que vous avez, et qui, souvent , pour ne heurter personne, vous fait aller sur la pointe des mots.

Oui elle vous ressemble cette couverture, elle est cette partie  si sensible  de vous que , -et à mon grand désespoir-, vous tentez trop souvent  de nous cacher.

Alors quel plus beau cadeau pouviez-vous m'offrir que ce petit  morceau de vous que vous m' avez laissé là.

 

Merci à Jeff pour toute la patience dont il a su faire preuve pour mettre en page mes textes, pourtant quand on le connait un peu ( comme moi je le connais) on sait bien que la patience n'est pas sa qualité première, et bien pour Lui, et au travers de Lui, pour moi,  il a su puiser dans cette patience là, pour ne me rendre que le meilleur .

 

Merci à Gérard Pendariès qui, dans l'ombre du vent, est venu m'offrir son aide pour me laver de mes fautes ...

Mais bien  au-delà de ça ... Tant de textes de ce livre sont nés grâce à  lui à cette façon qu'il a de croire en moi et surtout à cette façon qu'il a de me le dire.

Oui toujours en retrait, dans l'ombre, mais toujours, tellement présent. 

 

un jour, Gérard, vous m'avez dit :

"Quand l'absence devient trop présence, elle se passe de mot ",

Ce soir c'est votre présence qui me manque,

Et au-delà d'elle, ce sont  vos mots, que j'entends, encore là, dans ce silence . 

 

Et Puis bien sur,

comment ne pas remercier ma fille, Anaïs,

 

pour son regard si juste,

Car c'est avec ses yeux  d'enfant,

Que je vois encore le mieux les choses.

 

 

couverture Martine2-copie-1

 

------

Rendez-vous à Paris si le temps vous en dit,

Je serai les 18, 19 et 20 Mars au salon du livre pour dévoiler  un peu plus le mien,

et pour me présenter à vous.

Jeff y sera aussi pour la promotion d'un autre livre que nous avons, cette fois-ci co-écrit

 

oui j'ai bien de la chance,

deux livres à présenter sur le même salon c'est vraiment inespéré .

 

Le titre:

" Vins Dieux ! "


mais je le laisserai vous en parler... Il le fait tellement mieux que moi .

(Là encore, la couverture a été réalisée par Berth l'Eunuque,

Et là encore, comment  lui dire un Merci qui soit à la hauteur de son travail,

peut-être vais-je laisser Jeff, le faire, de peur de trop en dire ...)

 

Grand Merci à Tous .
Martine.


  petits rajouts

 

Demain ( Vendredi 11 Mars )

pour ma ville, Gréoux les Bains  ( -Dans les Alpes de hautes Provence-04)

A l'occasion du "Printemps des Poètes" et en collaboration avec  l'office de tourisme,

j'organise un atelier d'écriture autour de la poésie

sur le thème choisi cette année "d'Infinis Paysages"...

Si quelqu'un (une) d'entre vous,est dans le coin , sait-on jamais,

Vous serez le ou la bienvenu(e).


-  Samedi 26 Mars

Séance de dédicaces à l'espace culturel 

Leclerc  de Manosque ( de 10 Heures à 18 Heures).

voilà cette fois-ci, je crois que c'est tout .


Par Au grenier de la lune - Publié dans : Les Pierry-Péties de Martine
Ecrire un commentaire - Voir les 24 commentaires
Dimanche 6 mars 7 06 /03 /Mars 12:25

 

Quel sens à Retenir ?


http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcT4lOtPUlq8AcH6M4jncHCG1c8TmxAxA9WfsnjndbVyHCspWnTZDA

 Enchaîner ou se souvenir…

 

 

  

http://www.licencephoto.com/mini_photos/9IAVcaDidP/Objets-Objects.jpg

 

 

-----

Retenons pour un temps la porte du paisible,

Retenons sans détours le chemin des possibles,

Retenons de la vie, le jour pressé de naître

Et posons sur son ciel, nos morceaux de fenêtre,

 

Retenons comme un but que chaque temps qui passe,

Nous demande un peu plus quand nous manquons   d’audace,

Effaçons du futur nos mémoires éteintes, 

Des fantômes enlacés, dénouons les étreintes. 

 

Retenons d’enchaîner le désir à l’envie,

En rêvant la chimère pour que parte l’ennui,

Retenons ses couleurs pour nos jours les plus sombres,

Et ravivons l’espoir au milieu des décombres.

 

Retenons-nous de vivre en étouffant nos cris,

Retenons-nous d'aimer pour un temps infini,

Retenons-nous surtout d'avouer cette flamme,

Retenons-nous ainsi, du regret et des larmes,

 

De ces souffrances tues qui se vivent tout bas,

Retenons de nos pas la route vers vos bras ... 

 

Sans oublier jamais, que ce que l'on retient,


Finira par glisser, un jour, d'entre nos mains.

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQIKCrZhxxEhySJuXMpcgBc6hssQDVcxLwdlA1mxt9cySqUu6vl


------ 

 

Alors,

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQ7rxh1mrBjCocPko2UsVoiYEWRc66mTWSjuojG3Q1gbXZEGJZy

 



Enchaîner ou se Souvenir,



 

 

 

http://www.michelledastier.org/images/animaux/oiseaux/oiseau-cage.jpg

 

 

 

 

 

 

Quel sens à Retenir ?

 

 

 

 

 

 

 

  

Par Au grenier de la lune - Publié dans : poésie
Ecrire un commentaire - Voir les 23 commentaires

Présentation

Derniers Commentaires

Les Pierry-Péties de Martine

Recherche

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>

Recommander

Profil

  • Au grenier de la lune
  • Le blog de Au grenier de la lune
  • Femme
  • Silence jeu de mots poésie prose poétique Fables Caricatures
  • Curieuse de Tout.. Heureuse d'un Rien ..
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés